Pudicitia, impudicitia, impudentia dans leurs relations avec pudor: étude sémantique

Autores/as

  • Jean-François Thomas Université Paul Valéry - Montpellier III

DOI:

https://doi.org/10.23808/rel.v5i0.87906

Palabras clave:

Pudeur; impudence; morale; sémantique.

Resumen

Plusieurs termes de la famille de pudor - pudere invitent à réfléchir sur l’expression de certains aspects du jugement moral. Pudicitia et pudor désignent la pudeur mais cette retenue dans les moeurs et la vie intime caractérise la conduite sur la durée (pudicitia) ou bien présente une capacité dynamique (pudor) qui fait défendre la dignité face aux passions. À ce titre, le pudor doit vaincre le furor, thème bien illustré chez certains élégiaques, dans la tragédie de Sénèque et l’épopée de Valerius Flaccus. L’impudeur (impudicitia) s’observe plutôt dans la continuité et le mot est antonyme de pudorImpudentia, au-delà de ses équivalences de traduction, désigne une absence de sentiment de retenue qui fait mal agir, si bien qu’il fonctionne comme antonyme d’un autre sens de pudor «retenue». Ces trois mots sont peu  polysémiques, à l’inverse de pudor.

Citas

<p>BARDON Henri, 1965: «Rome et l’impudeur», <em>Latomus</em> 24-3, pp. 495-518.
BAYLON Christian et MIGNOT Xavier, 1995: <em>Sémantique du langage</em>, Paris, Nathan.
BOELS-JANSSEN Nicole, 1993: <em>La vie religieuse des matrones dans la Rome archaïque</em>, Rome, École Française de Rome.
DANGEL Jacqueline, 2003: «Les Muses de l’Histoire: l’énigme cicéronienne», G. Lachenaud - D. Longrée (ed.), <em>Grecs et Romains aux prises avec l’histoire</em>, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 85-95.
DAUDE Jean, 2002: «Les substantifs abstraits de qualité», Ch. Kircher-Durand (ed.), <em>Grammaire fondamentale du latin, t. IX. Création lexicale: la formation des noms par dérivation lexicale</em>, Louvain - Paris, Peeters, pp. 225-305.
DION Jeanne, 1993: <em>Les passions dans l’œuvre de Virgile: poétique et philosophie</em>, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.
MESLIN Michel, 1985: <em>L’homme romain</em>, Bruxelles, Éditions Complexe.
MOUSSY Claude, 1991: «The structure of signifié: the usufulness and limitations of analysis into releavant features (with applications to Latin )», R. Coleman (ed.), <em>New Studies in Latin Linguistics</em>, Amsterdam, J. Benjamins, pp. 63-73.
——, 1996: «L’antonymie lexicale en latin», P. Valentin - M. Fruyt (ed.), <em>Lexique et cognition</em>, Paris, P.U.P.S., pp. 109-120.
PALMIERI Nicoletta, 2001: «Pour une lecture de l’Amphitruo les souffrances d’Alcmène et la philosophie de Sosie», <em>Cahiers du GITA</em> 14, pp. 139-165.
QUELLET Henri, 1969: <em>Les dérivés latins en -or</em>, Paris, Klincksieck.
QUINTILLA ZANUY Mª Teresa, 2004: «La interdicción lingüística en las denominaciones latinas para “prostituta”», <em>RELat</em> 4, pp. 103-124.
THOMAS Jean-François, 2002: <em>Gloria et laus: étude sémantique</em>, Louvain - Paris, Peeters.
——, 2004: <em>Recherches sur le champ lexical du déshonneur et de la honte en latin</em>, Ouvrage original du dossier pour l’Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Paris IV - Sorbonne [une édition est en préparation chez Peeters].</p>

Descargas

Publicado

2005-12-26

Cómo citar

Thomas, J.-F. (2005) «Pudicitia, impudicitia, impudentia dans leurs relations avec pudor: étude sémantique», Revista de Estudios Latinos, 5, pp. 53–73. doi: 10.23808/rel.v5i0.87906.

Número

Sección

Artículos