Diu, quantifieur temporel de domaine homogène

Autores/as

  • Alessandra Bertocchi Università di Bologna
  • Anna Orlandini Université de Toulouse

DOI:

https://doi.org/10.23808/rel.v5i0.87904

Palabras clave:

Aspect verbal; temps; adjectifs dimensionnels.

Resumen

Nous analyserons ici les principales propriétés sémantiques de diu. En tant qu’adverbe temporel, ses caractéristiques sont à mettre en relation avec le temps et l’aspect verbal. Cependant, les propriétés sémantiques de diu sont aussi partagées par les adjectifs exprimant une évaluation quantitative des dimensions et qui peuvent admettre deux interprétations sémantiques: selon une interprétation, ces adjectifs renvoient à une certaine mesure sur une échelle, alors que, dans l’autre interprétation, ils focalisent une valeur extrême sur la même échelle. Le sens de l’adverbe diu est ensuite considéré en comparaison avec l’adverbe longe longum. A la différence d’Anscombre (1990), qui pense que la distinction sémantique entre les adverbes français «longtemps» et «longuement» n’a pas d’équivalent dans d’autres langues, nous proposons de rapprocher les propriétés sémantiques de diu de celles de «longtemps» ainsi que les propriétés sémantiques de longe de celles de «longuement».

Citas

ANSCOMBRE J-C L . 1990. «L’opposition longtemps/longuement: durée objective et durée subjective», Langue française 88, 90-116.

BERTINETTO, P. M. 1994. «Ormai», Miscellanea di studi linguistici in onore di Walter Belardi, a cura di P. CIPRIANO, P. DI GIOVINE, M. MANCINI . Roma, Il Calamo, 789-810.

BIERWISCH, M. 1989. «The semantics of gradation», dans M. BIERWISCH, E. LANG (éds.), Dimensional adjectives. Berlin, Springer-Verlag.

CROFT, W. (à paraître). Verbs: aspect and argument structure. Oxford, Oxford University Press.

HAND, F. 1845. Tursellinus seu de particulis Latinis commentarii, 4 vol., Leipzig, Weidemann (repr. Amsterdam, Hakkert, 1969).

KOZLOWSKA, M. 1998 a. «Aspect, mode d’action et classes aspectuelles», dans J. MOESCHLER (éd.), Le temps des événements. Pragmatique de la référence temporelle. Paris, Éd. Kimé, 101-122.

KOZLOWSKA, M. 1998 b. «Bornage, télicité et ordre temporel», dans J. MOESCHLER (éd.), Le temps des événements. Pragmatique de la référence temporelle. Paris, Éd. Kimé, 221-244.

MOESCHLER, J. (éd.) 1998. Le temps des événements. Pragmatique de la référence temporelle. Paris, Éd. Kimé.

MARTIN, R. 1987. Langage et croyance. Les «univers de croyance» dans la théorie sémantique. Bruxelles, Mardaga.

NØLKE, H. 2001. Le regard du locuteur 2. Pour une linguistique des traces énonciatives. Paris, Éd. Kimé.

ORLANDINI, A. 2001. «Paradoxes sémantiques et argumentation», dans BERTOCCHI, A. - M. MARALDI - A. ORLANDINI (eds.) 2001. Papers on Grammar 7. Argumentation and Latin. Bologna, CLUEB, 133-146.

PINKSTER, H. 1972. On Latin adverbs. Amsterdam, North-Holland.

RATHERT, M. 2000. «A semantics for durative adverbs», Proceedings of ConSole 8.

RATHERT, M. 2001. «Anteriority versus Extended Now: theories of the German perfect», dans FERY, C.- W. STERNEFELD, Audiatur Vox Sapientiae. A Festschrift for Arnim von Stechow. Berlin, Akademie, 410-426.

REICHENBACH, H. 1947. Elements of Symbolic Logic. London-New York, MacMillan.

RIVARA, R. 1990. Le système de la comparaison. Paris, Éditions de Minuit.

VENDLER, Z. 1967. Linguistics in Philosophy. Ithaca, N.Y., Cornell University Press.

Publicado

2005-12-15

Cómo citar

Bertocchi, A. y Orlandini, A. (2005) «Diu, quantifieur temporel de domaine homogène», Revista de Estudios Latinos, 5, pp. 11–29. doi: 10.23808/rel.v5i0.87904.

Número

Sección

Artículos