«Le chant des formes. L'ecriture epigraphique, entre materialite du trace et trascendance des contenus»

Autores/as

  • Vincent Debiais Centre national de la recherche scientifique (France)

DOI:

https://doi.org/10.37536/RPM.2013.27.0.52976

Resumen

Resumen: Opposer écriture manuscrite et écriture épigraphique n’aurait dans le contexte culturel de l’Occident médiéval pas plus de sens que d’intérêt. Si les supports varient tout autant que les contenus, les techniques de réalisation ou les procédés de lecture, c’est la même praxis graphique qui est en jeu, et sans doute bien plus encore la même culture visuelle qui s’exprime. Les variations matérielles ou textuelles sont des adaptations aux objectifs et aux circonstances de la communication écrite. À la fois texte et matière, idée et objet, l’inscription se définit, au-delà des contenus et des fonctions qu’elle partage avec d’autres productions écrites médiévales, par une étendue physique qui lui accorde une réalité objectale. La communication épigraphique expose au passant une portion d’espace inscrit, quantité d’information visuelle reçue par le spectateur/lecteur potentiel de l’inscription. Comme le manuscrit, celleci se place donc dans un premier temps dans le domaine du visuel et du sensible. Elle cherche à donner à voir avant de donner à lire, et c’est pourquoi les conditions techniques de la réalisation de l’inscription cherche à figurer dans la matière l’image d’un texte.


Palabras clave:  Epigraphie médiévale. Iconographie médiévale. Esthétique. Sculpture romane. Moissac. Musicologie.


Abstract: 

In the cultural context of Medieval West, it would have no more sense than interest to set manuscript and epigraphic written practices. Content, material support, techniques of realization and processes of reading change from one media to another, but it is still the same graphic praxis and the same visual culture. Material or textual variations are adaptations to objectives and circumstances of written communication. At the same time text and material, idea and object, the inscription is defined by a physical extent which gives it objecthood and materiality, whatever its content and function. Epigraphic communication exposes to passers-by a portion of inscribed space, a quantity of visual information received by the potential spectator/reader of the inscription. As the manuscript, it first takes place in the field of visual and sensitive. It gives something to see and not to read, and that is why technical conditions of the realization of an inscription try to represent in material the image
of a text.



Keywords: Medieval Epigraphy. Medieval Iconography. Aesthetics. Romanesque sculpture. Moissac. Musicology.

Descargas

Los datos de descargas todavía no están disponibles.

Cómo citar

Debiais, V. (2013). «Le chant des formes. L’ecriture epigraphique, entre materialite du trace et trascendance des contenus». Revista De Poética Medieval, 27, 101–129. https://doi.org/10.37536/RPM.2013.27.0.52976

Número

Sección

Artículos monográfico